ATELIER 2
CIRCULATION DES IDÉES, DES CULTURES
ET DES INFORMATIONS


"Favoriser la compréhension entre les cultures et les échanges entre les sociétés civiles".
C'est ainsi que la déclaration de Barcelone, adoptée en novembre 1995 par les 27 pays membres du partenariat euro-méditerranéen, définit l'action qui doit être engagée sur le terrain de la culture.

Quel est l'enjeu de ce type d'approche ? La guerre des cultures et le clash des civilisations sont-elles des perspectives inéluctables ou existe-t-il des possibilités pour instaurer des relations de confiance fondées sur l'inter-connaissance ?
Alors que des murs se dressent entre les cultures de l'Europe et de la Méditerranée, comment bâtir des ponts ? Comment définir des relations de bon voisinage plutôt que de laisser proliférer, de part et d'autre, des mouvements de replis identitaires et politico-religieux ? N'est-ce pas la meilleure façon d'améliorer la sécurité plutôt que de laisser les tensions éclater ?

Plus de cinq ans après, quel bilan tirer du processus de Barcelone sur ce 3è volet des échanges culturels ?
Si deux programmes régionaux ont pu être lancés depuis 1995, Euro-Med Héritage et Euro-Med Audiovisuel, l'ensemble du processus semble très largement bloqué par des pesanteurs administratives et des procédures paralysantes qui sont en train de décourager la plupart des initiatives des sociétés civiles. Comment sortir de l'impasse ? La dimension culturelle du partenariat euro-méditerranéen est-elle une priorité ou un leurre ? Répond-elle à une véritable conviction politique ou sert-elle qu'à faire illusion auprès des opinions publiques ?

Comment concrètement, faire aboutir des projets dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen ? Où en sont les autres programmes régionaux : dans le domaine des sciences humaines, du livre et de la traduction, de la musique et du spectacle vivant ?... Que signifie ce partenariat culturel vu de l'autre rive ? Quelles sont les attentes et les priorités ? Comment améliorer la circulation des idées, des cultures et des informations dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen ? Faut-il imaginer un autre cadre, moins gigantesque mais plus opérationnel ? Où en sont les programmes de coopération décentralisée ?

Autant de questions qui seront débattues dans cet atelier, à l'occasion de ces Rencontres du Partenariat Euro-méditerranéen. Une relance du processus de Barcelone est indispensable. Les acteurs de la société civile comme les élus ont un rôle décisif à jouer. Sauront-ils saisir cette occasion avant que le partenariat euro-méditerranéen ne s'ensable définitivement ?